Epopées modernes

Les épopées modernes

Après l'étude d'un des travaux d'Hercule, les élèves ont écrit une version moderne et imaginaire d'une épopée dont ils seraient les héros. A travers les épreuves et obstacles une épopée nous transcende et nous en ressortons différent.
Bonne lecture.

Le monstre à lunettes

Sur le chemin de l´école, je faisais du vélo avec mes copines et le frère de l’une d’entre elles. Soudain, je vis au loin quelque chose de poilu se diriger vers nous. La chose s´approcha, on ne vit plus personne dans la rue. La chose se rapprochait… La chose se s’approcha de plus en plus près du frère de Louisa. Puis Toto disparut. Alors on a commencé à chercher et on a crié « toto ! ». On courait et on se demandait où il pouvait bien être ? 
Et puis Nora a dit : 
« - Tu avais vu quelque chose au loin ? 
- Oui peut être que la chose l’a pris » 
Puis Emma a dit : « - il est 8h55 on doit se dépêcher.
- Oui mais il faut trouver Toto » dit Louisa.
Alors Bianca se retourne elle vit quelque chose d’énorme et de gluant avec des lunettes et des griffes. 
Elle dit : « - Euh euh les filles, retournez vous !
- ahah ! courez, courez ! cria Gabi. 
Quelques minutes plus tard...
- il est parti ! Mais il est 8h58 et l´école est à une minute.
- Oui mais il faut trouver Toto dit Louisa.
Puis je vis une cage au loin on s´approcha et je vis Toto, Louisa était très contente. Il y avait des gardes autour. Les gardes dirent : 
"- si vous voulez le voir vous devez nous battre."
 On a réfléchi et nous avons accepté le défi. Nora en a assommé un puis mois un autre. On a pris les clés et ouvert la cage et Toto est sorti avec joie.   
Fin 

Chloé

L´ÉQUIPE DE FRANCE

Comme tous les matins, j´allais chez Thomas Ramos pour m´entrainer à faire des transformations afin de rentrer dans l´équipe de France de rugby. 
" -Bonjour Thomas est ce que ça va ? 
- Oui et toi ? Est-ce que tu as pris tes crampons et ton protège dents ? 
- Oui, mais est-ce qu’il y aura Antoine et Romain à l´entrainement ? 
- Oui bien sûr il y aura aussi : Damien, Peato, et Charles Olivon. "
Quelques temps plus tard, arrivés au stade… 
"- Bonjour comment allez-vous, me demanda Damien.
- Salut c’est toi la future joueuse de notre équipe ? 
- Allez dépêchez-vous on n’a pas dix mille ans avant le match contre les Néo-Zélandais. En place pour le match, les bleus à gauche et les verts à droite. »
Le coup de sifflet retentît… L´engagement se fit tout d´un coup il fit froid et sombre, un éclair retentit dans l´atmosphère… Un hélicoptère était posé sur le stade. L´équipe avait arrêté de jouer et dévisager la personne qui descendait de l´hélicoptère. Quelqu´un en sortait… C’était Jonah Lomu.
« Vous et vos amis qui jouent dans l´équipe de France vous devez jouer un match d´une durée de quarante minutes sans mi-temps. Contre nous les Néo-Zélandais, dit Jonah Lomu avec son accent anglais. 
- Calmez-vous, vous allez jouer contre eux, point barre, pas de discussion. Notre équipe va jouer contre vous répondit notre entraineur Cédric. - D´accord rendez-vous au stade de France à 20 heures précise. »   
Le soir, arrivés au stade, il faisait froid, j´avais un maillot qui était trop grand pour moi. Les Alls blacks firent leurs haka qui était un peu effrayant. Puis le coup de sifflet retentît. L´engagement se fit vers l´aile droite, le joueur se fit plaquer… Thibaud Flament a réussi à garder la balle dans le ruck. Romain fit une passe à Peato Mauvaka qui passa la balle a Uini Antonio qui sprinta mais il se fit plaquer a environ 2 mètres de la ligne d’essai. Charles Olivon récupéra la balle et mit un essai. Dans tout le stade de France des hurlements de joie retentirent… 5 à 0 pour la France, c´est un bon début. Thomas Ramos va devoir faire sa transformation… Qu´il réussit. Jonah Lomu fit l´engagement son coéquipier récupéra la balle, Mauvaka le plaqua. Le plaqué garda la balle. L´arbitre siffla faute. Ramos va faire sa transformation a 19 mètres de distance, hourrah il a réussi la transformation. Les Néo-Zélandais avaient la balle, Louis plaqua Jonah Lomu qui lâcha la balle, Damien se jeta sur la balle. Mais il sortit en touche, avant il avait une faute. Faute en faveur de la Nouvelle-Zélande. Le Néo-Zélandais réussit sa transformation, 10 à 3 pour nous. Balle au français. Ramos fit une passe à Atonio qui ne réussit pas à la rattraper car elle se fit intercepter mais l´arbitre n´avait pas vu que le joueur était hors-jeu. Donc l´ailier gauche sprinta et mi un essai. 10 à 8 pour nous, les Néo-Zélandais nous rattrapaient. L´engagement se fit, les français plaquèrent encore et encore…Les Alls Blacks s´étaient rapprochés de la ligne d´essai. Un adversaire faillit mettre un essai. Mais on le repoussa… Il restait 50 secondes de match. Nos adversaires firent un en avant. L´arbitre siffla la fin du match. 10 à 8 pour nous on avait gagné ce match.   Maintenant je devais faire une transformation si je voulais rentrer dans l´équipe de France. Une transformation de 27 mètres… que je réussis de justesse.   
FIN 

Hortense

Épopée de Liam

Épopée de Liam
Il était une fois une personne qui s’appelait Liam Kuijl. À l´âge de seize, il était le troisième plus fort basketteur des Etats-Unis. 
La NBA annonça : 
"- Les Toronto Raptors engagent dans leur équipe, Liam Kuijl de l’École lycée français Saint Louis."

Un an plus tard, Liam était le nouveau joueur de San Antonio Spurs. Mais il était très triste parce que les chances de gagner la coupe MVP étaient inférieures à un pour cent.

Deux ans plus tard, les Chicago Bulls voulaient recruter Liam. 
"- Oui mais combien d’argent vais-je gagner ? Demanda Liam."
- 100 Millions d’euros. 
- Alors j´accepte, répondit-il."

Trois ans plus tard, on entendit à la radio :

"- Et aujourd´hui c’est la grande finale qui oppose les Chicago Bulls aux Golden State Warriors. 
- Le match commence. Liam a la balle. Il tire un 3 points. Il essaie et –shwosh- il met le panier ! 
- Dans l´autre équipe, Curry essaie un 3 points mais Liam réussit à le bloquer. 
- Lonzo passe la balle à Liam. Il dunk et met le panier (chwosh). -
 Liam essaie un dunk et, dans l´équipe adverse, Green fait une faute. 
- Et ce sont deux lancers francs ! Liam met le premier et met le deuxième ! (Chwosh)"

Cinquante minutes plus tard...

"-110 à 109. Liam a la balle il reste trois secondes. Liam essaie un deux points… il le met ! 
C´est les Chicago Bulls qui gagnent ! 
- Liam que ressens-tu maintenant que tu as gagné ton premier MVP ? 
- Je me sens très bien. Je n´aurais pas pu le faire sans les fans !"

FIN       

Liam

Comment je sais voler ?

En allant à la boulangerie de Solna. Le vent a commencé à souffler les gens disparaissaient et là j’ai vu un arbre cogneur. Il tapait dans tous les sens il faisait au moins 12 mètres de hauteur. C’était effrayant. Je me demandais ce que je devais faire. 
Alors il s’est mis a parlé : 
« Si tu me bas, tu pourras voler ! »
J’ai réfléchi, puis une idée m’est apparue : un arbre cogneur donne des coups mais il ne peut pas donner des coups sur sa tête. Alors je pouvais aller sur sa tête et le piéger. Mais ce que je n’avais pas prévu c’est qu’il me dit :
" - Tu as 10 min pour me battre ! 
- Quoi que 10 min !? 
- Arrête de me parle sur ce ton sinon tu n’auras que 5 min !! "

Alors je me suis dit : Même si ça se complique il faut que je teste mon idée c’est la seule solution ! Mais comment je pourrais monter sur sa tête ?! J’aie une idée je pourrais monter sur ses bras et aller sur sa tête . Et là il m’a dit :
- Il reste 5 min ! 
- Quoi ?! Eh oui ! Ah ! Ah ! Ah !)) 
Alors je suis monté sur son bras puis sur sa tête. Quand je suis arrivé sur sa tête, il a commencé à se tape pour essayer de me faire descendre mais moi je courrais en rond sur sa tête et du coup il se tapait lui-même. Mais tout à coup je me suis dit et maintenant je fais quoi ? S'en faire exprès j’ai fait tomber une pierre il la mangeait et est devenue plus petit alors j’ai eu une idée. Je ne voyais qu’une seule solution. J’ai pris tout ce que j’avais dans ma poche et je ai tout jeté par terre. A chaque fois, il devenait plus petit alors j’ai continué. 
Quand il devint tout petit, il m’a dit : 
"- Il te reste 20 secondes " 
Là je l’ai pris et mis dans une boite. 
"- Voilà je t’ai battu ! 
- Il te restait 3 secondes c’est injuste !! "
Là j’ai commencé à voler, j'étais effrayée mais en même temps heureuse. J’ai vite compris comment l’utiliser. Voilà c’est comme ça que j’ai appris à voler. Donc maintenant arrêtez de tout le temps de me questionner.
FIN !

Louise DUQUENNOY

L’énorme crocodile

J’avais invité Lilli pour un voyage en Espagne. On restait un mois là–bas. Un jour, on se rendit au marchand de glace. Il faisait chaud.
Tout à coup on a vu une longue queue verte. On décida de suivre la créature. On là suivi jusqu’à un bâtiment. On est entré.

Dans la grande salle, on voyait un énorme parcours avec plein d’obstacles. À nos pieds, il y avait un petit papier plié en deux. Je l’ai ramassé, déplié et commencé à lire : 
"Si vous n’accomplissez pas ces défis je vous emprisonnerai et je ne vous laisserai jamais mais si vous réussissez alors vous gagnerez un prix." 

On était terrifié mais on n’avait plus qu’un seul choix : réussir le parcours ! Il était long, il y avait des rouleaux a piques qui roulaient, on devait marché sur une poutre pour ne pas tomber dans le bassin de crocodiles agressifs. À la fin du parcours il y avait une grille en train de descendre, à côté se trouvait un chronomètre de cinq minutes. Chaque secondes la grille descendait d’un millimètre. Au bout de trois minutes quarante, on avait accompli le défi des rouleaux à piques. Maintenant, on avait juste à franchir l’obstacle de la poutre. La poutre était fine, elle ne devait pas mesurer plus de huit centimètres de largeur. Quatre minute trente, on a fini le défi, on n’avait plus qu’à courir vers la grille. La grille était à quatre-vingt centimètres du sol. Mais on avait réussi !! 

Derrière la grille se trouvait une arène, autour se trouvait de l’eau sale. Tout au bout de la salle il y avait une grande porte. Quand tout à coup un grand crocodile d'au moins cinq mètres sortit de la porte. Tout doucement, il avançait avec des pas lourds vers nous. On restait immobile de peur. Quand il était très près de nous, il a commencé a craché du venin rose sur moi. J’étais rapide et j’ai sauté de côté. Il s’est tourné vers Lilli et a craché le venin sur elle. Elle l’a esquivé. J’avais distingué de loin quelque chose qui brillait au fond de la salle. J’ai couru là-bas et j’ai aperçu deux épées. Je suis passé derrière le monstre et j’ai lancée l’épée dans son cou. Enragé il s’est retourné vers moi, j’ai réussi à glisser une épée à Lilli. Elle a grimpé sur la queue énorme de la bête. Arrivée sur la tête, elle a enfoncé la deuxième épée dans son cou. Cette fois-ci, il n’a pas résisté et a lancé un cri douloureux. La bête tomba sur le sol et ne bougea plus. La porte s’ouvrit toute seul. 

On entrait dans une petite salle, rien n’était accroché au mur et la seul chose présente dans la salle était un coffre. Il était posé sur une petite table et en dessous de la table se trouvait une petite clef. Lilli l'a ramassé et l'a mise dans le trou du coffre. Elle la tourna une fois…. Deux fois…. Trois fois !!! Le coffre s’ouvrit. Et dans le coffre se trouvait… 
« Les ticket VIP du concert des artistes les plus célèbre » cria-t-on en même temps.   

FIN

Maya
Recherche